Menu
Log in


 

MS 61, fol 1v, Corpus Christi College, Cambridge

News and Announcements

  • 15 Mar 2020 9:39 AM | Marc Cels (Administrator)

    A feature on the University of St. Michael's College (University of Toronto) and the importance of Medieval Studies.

    https://www.catholicregister.org/item/31201-medieval-studies-goes-back-for-a-better-future

  • 2 Mar 2020 2:20 PM | Anonymous

    Thanks to a transformational gift to St. Michael’s by alumnus Dr. Tony Comper, President David Sylvester is pleased to announce the establishment of the Comper Professorship in Medieval Studies at the University of St. Michael’s College in the University of Toronto. The donation reflects Dr. Comper’s firm belief that studying the humanities offers invaluable benefits both personally and professionally – and that St. Michael’s is on the right path with its renewal as a vibrant centre of undergraduate education at U of T.

    Dr. Sylvester is also delighted to announce that Dr. Alison More is appointed the inaugural holder of the Comper Professorship. Dr. More is a highly regarded Latinist whose research investigates the intersections of social and religious culture in late-medieval Northern Europe. Read the full press release about this exciting gift and inaugural appointment. 

  • 2 Mar 2020 1:55 PM | Anonymous

    On Friday 21 February 2020, Erik Kwakkel (UBC) gave a Darwin College Lecture on "The Enigmatic Premodern Book".

    The Darwin College Lectures are an annual series of public lectures at the University of Cambridge, UK, each "built around a single theme, approached in a multi-disciplinary way, and with each lecture prepared for a general audience by a leading authority on his or her subject"

    A summary of Dr. Kwakkel's talk is below, and more information can be found here:

    "The defining feature of the medieval manuscript—the premodern book at the heart of this lecture—is that its contents have been written rather than printed. A compelling feature of written text from the medieval period is that it produces two kinds of meaning. The first is the meaning of the words themselves: the most common reason for consulting a manuscript and the reason why it was produced in the first place. The other kind is hidden within the shape of the letters. As they copied a text, scribes included information about themselves in their handwriting. How the individual letters were formed depended on a range of variables, including the location and approximate moment of the scribe’s training, the institution in which the manuscript was produced, and even with how much care a text was copied. This is the enigma of the medieval manuscript: a wealth of information is enclosed in its material design, if we can decipher the code. What methods are available to untangle this enigma? What knowledge can be gleaned from how the medieval book was put together? Why is looking at this object as useful as reading it?​"

  • 2 Mar 2020 1:51 PM | Anonymous

    Dr. Mary Rambaran-Olm has been named a Provost's Postdoctoral Fellow in the University of Toronto's Department of English and Drama.

    The University of Toronto Provost’s Postdoctoral Fellowship program provides funding to increase opportunities for hiring postdoctoral fellows from underrepresented groups, specifically Indigenous and/or Black researchers. These fellowships will enable postdoctoral researchers to grow their scholarly profiles, undertake academic work at the University of Toronto, and strengthen the research environment at the University with diverse perspectives.

  • 2 Mar 2020 11:26 AM | Marc Cels (Administrator)

    President David Sylvester is pleased to announce the establishment of the Comper Professorship in Medieval Studies at the University of St. Michael’s College in the University of Toronto. This newly endowed position has been made possible by a foundational investment by St. Michael’s alumnus, Dr. Tony Comper, C.M., L.LD. (Hon). Dr. Sylvester is also delighted to announce that Dr. Alison More is appointed the inaugural holder of the Comper Professorship. Dr. More is a highly regarded Latinist whose research investigates the intersections of social and religious culture in late-medieval Northern Europe. Read more about the Comper Professorship here.

  • 25 Feb 2020 12:39 PM | Anonymous

    A new memorandum of understanding between the University of St. Michael’s College, the University of Toronto, and the Pontifical Institute of Mediaeval Studies reaffirms Toronto’s status as North America’s centre for research in mediaeval studies.

    The five-year memorandum formally expresses a commitment on the part of the three signatories to work together to further engage with the mediaeval period through research, teaching, and publication. While each party remains distinct, the agreement suggests possibilities such as joint academic seminars or colloquia, as well as scholarly collaboration.

    The full press release about the memorandum can be found here: https://stmikes.utoronto.ca/news/new-agreement-underscores-ties-between-st-mikes-pims-and-u-of-t/

  • 13 Feb 2020 6:16 PM | Kathy Cawsey (Administrator)

    On behalf of the Canadian Society of Medievalists (CSM), we are soliciting paper proposals for the session ‘The Transmission of Style: Medieval Architecture and its Revivals.’ This session will be part of the CSM Annual Meeting within the Congress of the Humanities and Social Sciences (Congress 2020), which will be hosted by Western University in London, Ontario, Canada, 1-3 June 2020. Please submit an abstract (250 words max) and brief CV (1-page max) to Candice Bogdanski (cbogdanski@brocku.ca) or Jessica Mace (mace.jessica@courrier.uqam.ca) by 15 March 2020. Papers can be submitted in French or English. Successful candidates will be contacted via email prior to 31 March. Please note that participants must be members of the Canadian Society of Medievalists (https://www.canadianmedievalists.org/join-us) as well as registrants for Congress 2020 (http://www.congress2020.ca/register).

     

    Please circulate this CFP widely, and we look forward to receiving your paper proposals soon!

     

    The Transmission of Style: Medieval Architecture and its Revivals

     

    The legacy of medieval scholarship and material culture stretches far beyond its traditionally drawn boundaries. Particularly when living and working in a place like Canada, it is important to look for continued connections and associations, even if inconspicuous, and to consider a multitude of approaches to our understandings and interpretations of the medieval past. In line with the 2020 Congress theme of Bridging Divides, then, this session seeks to respond to the call to “focus on interdisciplinarity (bridging disciplinary divides) and on internationalization (bridging national divides)” and to “assembl[e] scholars, artists and members of the general public who engage with the world from differing viewpoints, offering a forum to share perspectives;” that is, perspectives and individuals that might extend beyond the temporally narrow category of “medievalist.”

     

    As such, this session invites papers that broadly examine the transmission of style through time and space, from the medieval to modern eras. Contributors are encouraged to consider how architectural principles are developed and interpreted in their respective contexts, and more specifically, how specific decorative and structural aspects are translated and transferred from one place or era to another. To understand how and why these architectural styles are transmitted, presenters are urged to look beyond the formal aspects of architecture to considerations of patronage, masons/schools of architecture, literal networks of road and waterways, post-humanist narratives, the iconography of architectural copies, and notions of identity and belonging, among others. Papers might address the relationship of one building to another, several buildings as part of a style/school, the translation of medieval ideas to its modern revivals, and/or medieval revival buildings in their contemporary contexts. We welcome papers in both English and French from scholars at all stages of their careers. 

     

    Session Chairs:

    Jessica Mace, Ph.D. 

    Candice Bogdanski, Ph.D. Candidate, FSA Scot.

  • 27 Jan 2020 1:06 PM | Marc Cels (Administrator)

    Call for Nominations: Officers for 2020

    The Canadian Society of Medievalists welcomes nominations for one Vice President, four members of the Advisory Board, and one Public Relations Officer. These are unremunerated positions with terms beginning after June 2 2020. A list of the society’s current officers can be found at: https://canadianmedievalists.org/About.

    Please direct inquiries to the chair of the Nomination Committee, Marc B. Cels (marcc@athabascau.ca). Nominations are due to the committee by 1 April 2020.  The Committee will draw up a slate of candidates for election at the 2 June AGM in London, Ontario. Nominations will still be accepted from the floor during the AGM. Members can view the society’s constitution online at: https://www.canadianmedievalists.org/resources/Documents/CSM-SCM%20Constitution%202019%20ENG.pdf

    Elected Officers

    1 Vice President: a two-year term followed by a two-year term as President, and a 2-year term as Past President. The Vice President learns the business of the society while being a member of the Executive Committee. Meanwhile, the VP has responsibility for society communications, including a bi-annual online newsletter (Scrinium) and directing the society’s PR Team. The PR Team shares society news via the website and social media, considers communication strategies, and assists in recruiting new members. Competence in both English and French would be an asset. Members of the Executive are expected to attend and assist at the society’s annual meeting during Congress.

    4 Advisory Board Members (two-year terms): Members of the Advisory Board represent the geographic and disciplinary diversity of Medieval Studies in Canada. There will be four vacancies on the Board for professional Canadian medievalists. Board members advise the president and Executive Committee when required. Chairs of the society’s book and dissertation prizes are recruited from the Board, as are members of the Nomination Committee. Attendance at the society’s annual meeting is encouraged, but not required.

    Officers Appointed by the Executive Committee:

    1 Public Relations Officer (two-year term): Members of the PR Team are directed by the Vice President and assist with the society’s communication and in recruiting new members. PR Team members share society news via Facebook and Twitter. Competence in both English and French is required. Attendance at the society’s annual meeting is encouraged, but not required.

    Appel de candidatures : Officiers pour 2020

    La Société canadienne des médiévistes accueille les candidatures d’un vice-président, de quatre membres du conseil consultatif et d’un agent des relations publiques. Vous trouverez une liste des agents actuels de la société du lien suivant: https://www.canadianmedievalists.org/apropos/~fr.

    S’il vous plaît, adressez des questions au président du comité de nomination, Marc B. Cels (marcc@athabascau.ca). Les candidatures doivent être présentées au comité d’ici le 1er avril 2020. Le comité dressera une liste de candidats à l’élection lors de l’assemblée générale annuelle qui aura lieu le 2 juin à London, en Ontario. Les candidatures seront toujours acceptées posées dans la salle lors de l’ l’assemblée générale annuelle. Les membres peuvent consulter la constitution en anglais de la société en ligne à l'https://www.canadianmedievalists.org/resources/Documents/CSM-SCM%20Constitution%202019%20ENG.pdf

    Élus

    1 Vice-président : un mandat de deux ans suivi d’un mandat de deux ans en tant que président et d’un mandat de deux ans en tant qu’ancien président. Le vice-président apprend les affaires de la société tout en étant membre du Comité exécutif. Pendant ce temps, le vice-président est responsable des communications de la société, y compris un bulletin en ligne semestriel (Scrinium) et dirige l’équipe des relations publiques de la société. L’équipe de relations publiques partage les nouvelles de la société via le site Web et les médias sociaux, examine les stratégies de communication et aide au recrutement de nouveaux membres. La compétence en anglais et en français serait un atout. On s’attend à ce que les membres de l’exécutif assistent à la réunion annuelle de la société pendant le Congrès et y aident.

    4 Membres du conseil consultatif (mandat de deux ans) : Les membres du conseil représentent la diversité géographique et disciplinaire des études médiévales au Canada. Il y aura quatre postes vacants au conseil consultatif des médiévistes canadiens professionnels. Les membres donnent des conseils au président et au comité exécutif au besoin. Les présidents du livre et des prix de thèse de la société sont recrutés auprès du conseil consultatif, de même que les membres du comité de mise en candidature. La participation à l’assemblée générale annuelle de la société est encouragée, mais non requise.

    Officiers nommés par le comité exécutif :

    1 Agent des relations publiques (mandat de deux ans) : Les membres de l’équipe des relations publiques sont dirigés par le vice-président et aident à la communication de la société et au recrutement de nouveaux membres. Les membres de l’équipe de relations publiques partagent les nouvelles de la société via Facebook et Twitter. La compétence en anglais et en français est requise. La participation à l’assemblée générale annuelle de la société est encouragée, mais non requise.

     

  • 27 Jan 2020 11:37 AM | Marc Cels (Administrator)

    U of A and Edmonton's mayor announced Jan. 24 that the U of Alberta will host the 2021 Congress of Humanities and Social Sciences.

    https://edmontonjournal.com/news/local-news/congress-2021-university-of-alberta-to-host-largest-academic-gathering-in-canada


  • 24 Jan 2020 2:56 PM | Kouky Fianu

    Appel à communications

    Arbitraire et arbitrages : les zones grises du pouvoir

    (XIIe - XVIIIe siècle)

    Colloque international, Université du Québec a Montréal

    5-7 mai 2021

    Dans le monde occidental contemporain régi par le droit et la loi, par les constitutions et les chartes, envahi par une normativité galopante, l’idée que le pouvoir puisse avoir une part d’arbitraire peut surprendre ou choquer. Les dictionnaires de la langue française, depuis la première édition de celui de l’Académie en 1694, donnent le ton : « On appelle pouvoir arbitraire un pouvoir absolu qui n’a pour règle que la volonté du souverain. Il ne se dit qu’en mauvaise part. » Cette mauvaise part persiste et s’amplifie même par la suite. Le dictionnaire Larousse définit ainsi l’arbitraire comme rien de moins que ce « qui dépend de la volonté, du bon plaisir de quelqu’un et intervient en violation de la loi ou de la justice ». En 1690 pourtant Antoine Furetière proposait une définition plus nuancée, reflétant une signification ancienne inspirée de la pratique du droit : « qui dépend de l’estimation des hommes, qui n’est point fixe par le droit, ni par la loi », un sens que l’on retrouve déjà chez Jean Froissart en 1397 : « qui dépend de la décision du juge », tout simplement.

    L’ambivalence du mot arbitraire s’enrichit d’une connotation bien plus positive lorsque l’on introduit le terme, plus acceptable aujourd’hui, de « discrétion ». Charge des valeurs morales d’intelligence, de compétence ou de sensibilité, on le réserve plus volontiers aux juges dans l’exercice de leurs fonctions, qu’aux hommes et aux femmes qui interviennent dans le champ du politique, dépositaires des souverainetés nationales ou simples agents chargés du maintien et de l’application des lois. C’est qu’aucune loi, aucune constitution, aucune norme ne peut prétendre régir l’intégralité de l’activité humaine ni non plus définir avec objectivité la manière dont sont appliquées l’ensemble de ces normes. Contre Accurse, pour qui « tout se trouve dans le corps du droit », Thomas d’Aquin reconnaissait que le législateur ne pouvait ni ne voulait tout exprimer dans la loi. Il reconnaissait donc l’existence d’une zone grise qui échappe aussi bien à l’interprétation juridique qu’a l’administration de preuves rationnelles. Les circonstances infinies des relations humaines ne se laissent, en outre, pas enfermer dans les codes et traites normatifs. Leur nécessaire appréciation dans les processus de régulation des relations sociales implique également de laisser une certaine latitude a ceux qui en sont en charge. Dans l’administration de la justice par exemple, l’arbitraire des juges a été défini, dès le XIIe siècle, comme la capacité d’appréciation des circonstances des crimes ou des délits afin d’arbitrer, c’est-à-dire, simplement, de choisir les peines les plus appropriées. Par ailleurs, l’arbitrage du juge, presque universellement reconnu, ne se distingue pas nettement de celui des arbitres du droit prive, « amiables compositeurs » investis par la volonté des parties d’une fonction médiatrice aussi déterminante que celle des juges dans la procédure du règlement des conflits.

    Le prince, le juge et l’arbitre, chacun dans son champ d’action et dans la limite de ses capacités, répondent a un même besoin des sociétés humaines de réguler les interactions sociales (instaurer et garantir le respect des normes ou des lois) ; de combler le fossé entre les normes et les pratiques (par exemple à propos de la détermination ou de l’application des peines) ; de compenser l’absence de normes reconnues (vides juridiques ou cas de terra nullius) ; ou encore de régir les modes de dérogation à la norme (par exemple dans les cas d’exception fondés sur la nécessité). En cela, l’arbitraire se situe au carrefour de la contrainte et de la liberté, dans un clair- obscur de l’exercice du pouvoir, lieu d’insertion de valeurs morales comme la caritas, la grâce et la miséricorde. Il introduit les notions de transaction, de négociation et de contrat, abordées dans plusieurs études récentes qui proposent de revisiter les schémas encore trop linéaires qui président à notre compréhension de la construction de l’État et de la souveraineté modernes. Et si entre le temps de Froissart et celui des lexicographes de la fin du XVIIe siècle, l’affirmation du pouvoir, les transformations de la notion de souveraineté et l’évolution des modes de gouvernement ont gomme la dualité originelle du terme arbitraire, entre arbitrage et arbitraire, ils n’ont pas fait disparaitre l’importance de la légitimité, de la recherche du consensus et du consentement, comme corollaire de l’exercice du pouvoir dans tout régime politique, a l’exception peut-être de la tyrannie.

    Ce colloque, au carrefour de l’histoire, du droit, de la philosophie et de l’anthropologie, propose d’envisager de manière pluridisciplinaire ou interdisciplinaire et par une lecture comparative les pratiques arbitraires/arbitrales dans le champ du droit prive, du droit pénal et de l’exercice du pouvoir public. Il cherche ainsi à observer les limites posées par le droit, la coutume, la morale a la liberté de l’exercice d’un pouvoir contraignant, voire absolu, dans l’espace européen et dans ses colonies, entre le XIIe et le XVIIIe siècle. Plus concrètement, les propositions pourront se pencher sur :

    -         les pratiques de la souveraineté médiées par des instances de représentation ouvrant au dialogue à différentes échelles (conseils, diètes, cortes, parlements, états et assemblées) ;

    -         la pratique de l’exception comme la grâce, les rémissions ou les abolitions ;

    -         les modalités d’interpellation des pouvoirs comme la supplique, la requête ou la pétition ;

    -         les lieux, les moments et les modalités d’exercice et d’application

    o de l’arbitrage proprement dits, en tant que renoncement volontaire à une marge de liberté au bénéfice d’un tiers ;

    o de l’exception dans les domaines politique (suivant l’aphorisme de Karl Schmitt, « Le souverain est celui qui décide de/dans la nécessite »), ou du droit (cas royaux, lèse-majesté, voire procès politiques)

    -         ainsi que les tensions et les résistances produites par l’exercice de l’arbitraire (par exemple la mise par écrit des coutumes).

    Nombre de ces éléments ont fait l’objet d’études, parfois récentes et souvent exhaustives. L’intérêt de ce colloque tient plutôt a la réflexion croisée qu’il propose sur convergences et les divergences qui unissent ou, au contraire, opposent ces pratiques pour mieux comprendre la diversité des pratiques politiques de l’Europe médiévale et moderne : existence de contraintes conjoncturelles et structurelles (sociales ou institutionnelles) ; interférence de l’action humaine dans les pratiques du pouvoir (l’arbitraire/arbitrage étant par définition œuvre humaine et non institutionnelle) ; lieux de réflexion sur ces marges du pouvoir ou interagissent souvent le droit et la morale (traités juridiques ou des peines comme le De poenis temperandis de Tiraqueau, miroirs des princes ou traités de gouvernement de toute nature). Cette approche pourrait enrichir une réflexion plus ouverte encore, sur la fonction de lissage de l’ensemble de ces pratiques arbitrales dans le choc des libertés en conflit, sur la fragilité des espaces-limites entre politise et tyrannies ou sur la persistance d’un oxymore qui n’est qu’apparent : y a-t-il un lieu de normativité de l’arbitraire ?

    Le colloque se tiendra à l’Université du Québec à Montréal du 5 au 7 mai 2021. Les propositions de communications (1500 caractères) accompagnées d’un bref curriculum vitae sont à adresser avant le 1er mai 2020 par voie électronique à :

    Benjamin Deruelle, professeur Département d’Histoire,Université du Québec à Montréal deruelle .benj amin@uqam.ca

    ou à :

    Michel Hébert, professeur émérite Département d’Histoire, Université du Québec à Montréal hebert.michel@uqam.ca

    Note importante. Dans toute la mesure du possible, les organisateurs chercheront à assurer le transport et le logement des participants au colloque. Cependant, tous ceux ou celles qui peuvent éventuellement assurer leur propre financement, par la voie de leurs universités ou de centres de recherche, sont invités à le faire savoir au moment de l’envoi du dépôt de leur proposition. L’existence de tels financements externes (même non encore assures), en effet, est un important prérequis pour la demande de subvention générale qui sera déposée pour l’organisation du colloque.

    Comité scientifique : Pascal Bastien (UQAM), Josep Capdeferro (U. Pompeu Fabra), Fanny Cosandey (EHESS ) Benjamin Deruelle (UQAM ), Jean -Philippe Garneau (UQAM ), Claude Gauvard (U. Paris 1), Michel Hebert (UQAM), Olivier Matteoni (U. Paris 1), Lyse Roy ( UQAM).


© 2019-20 The Society of Canadian Medievalists. Designed and Developed by Andrew Klein and Elias Fahssi. All rights reserved.  Powered by Wild Apricot.

Powered by Wild Apricot Membership Software